Monday, 27 November 2017

Cold my Love - Un amour de froid

pour accéder directement au texte en français

 

Handling the cold


The question that comes over and over when I tell people about my pasion for Arctic races: "But how can you stand the cold??" usually followed by "I could never do it" or "Far too cold for me".

Well, I am actually no expert and no more superwoman that any of you! And I used to be over sensitive to the cold.

Growing up in an old house in Switzerland, I remember cold winter mornings when the fire hadn't been started yet and it felt freezing cold inside. I couldn't tell now if it was really that bad but that's how I remember it! (Mum, Dad, correct if I'm wrong please !). Wearing many layers in the house seemed normal and it was only when we had guests timidly complaining (!) that I realised that our house was colder than standard homes.
Yet I was always the one feeling cold even when doing outdoor activities, horseriding, snowshoeing or skiing and couldn't keep my hands and feet warm, ending up with numb fingers and toes...And the worst it gets, the worst it gets!

Still, I loved winter. The snow. The quiet and magical atmosphere. The lights in the dark. And when I was offered my first trip to Finnish Lapland, I was all over the moon! It was one of the best trip of my entire life and I felt completely in love with the place. It was during this short trip that something shifted in my head and in my relationship with Mr Cold. One of the guides told us to relax. The lower the temperatures, the more relaxed you have to be. That day it was minus 30 degrees Celsius. And we were to spend the whole day outside in the woods. And I was already started to freeze... But when he said that, I suddenly realised how tensed I was, my breath was shallow, all my body was in a tensed survival mode. How could possibly any energy, any blood flow through my veins and warm up my body? I relaxed. My shoulders, my back, my arms and legs. I started to breathe more deeply and slowly. And felt much better. My hands and feet were still cold but completely bearable. When we entered the hut for lunch, it was barely zero inside. But it felt very comfortable and we were even able to take off some layers.

It was a true revelation. Don't fight the cold. Welcome it.


A state of mind

Cold sensation is intrinsically related to our state of mind and perception.

In 2012 we moved into a very old stone house, built in 1789. It's a large open space, quite similar to a loft. A nightmare to any standard home heating. It didn't put us off. Over the years, we made some improvements to limit draught and heat loss. And built a brand-new fireplace in 2016! In winter, during weekdays we now have a comfortable 16 degrees Celsius and even 18 at week-ends or when guests are coming over. The bathroom is still colder and honestly it can be quite challenging to get undressed before rushing into the hot shower! I wouldn't mind a few more degrees in there...
No boasting here. It simply demonstrates how related it is with habits, perception and state of mind. I wouldn't have believed it if I had been told this a few years ago! Me? In a house at 16???? We truly feel good in this house, we love it. We love being in front of the large fireplace when it is raining or snowing outside. We love its coolness in summer when everywhere else is too hot. It really is our home. Home sweet home. We don't feel it as cold. We feel warm. Yes, we do have layers on. Yes, we are very active. But I've noticed that I now wear less layers than a couple of years ago. Sometimes I don't even put socks on. I've also noticed that I am more sensitive to the cold when I'm tired or upset or too static, whatever the actual temperature.

I'm not saying that it isn't nice from time to time to be in plain t-shirt inside or to have a warm bathroom. But the funny thing is that actually Marc and I often find it too hot now in people's houses or in restaurants and we quickly feel this need for fresh air! Moreover, our immune system got much stronger.

Yet I haven't discovered anything new here. Some famous people like Wim Hof or Lewis Pugh have taken the it to a much higher level, casted an entirely new light on body fantastic capacities and turned body thermoregulation and adaptability to the cold into a real life philosophy. They are doing amazing things! I have experienced it. And keep on learning  more about how our mind controls our perceptions and sensations. I am not planning to become as extreme and skilled as these guys but I am using it in a way that serves me and suits me. This new way of perceiving the cold tremendously helps me during Arctic events.


Cold is the new Black* 

 

When it comes to Arctic races or any kind of activities in sub-zero temperatures, body thermoregulation is a vital element. The Key Element. The Secret Weapon. For various reasons:
- To prevent hypothermia
- To prevent frostbites on fingers, toes, nose and ears
- To keep your body in perfect condition
- To stay comfortable and enjoy your time out there in the wild!
- To maximise your chances to turn your race or expedition into a success!

To achieve this is constant monitoring:
- Make sure you're eating and drinking enough to give your body sufficient fuel to keep you warm
- Deal with layers to regulate your body temperature and make sure you do not sweat nor get cold. Once cold, it takes extra fuel to warm up again. Unnecessary spoilt energy. If you sweat, you increase the risk of hypothermia due to the increased humidity on your skin. A wet base layer can really be a bombshell. Better defused it asap.
- Be smart enough to stop and rest before you get exhausted and therefore more sensitive to any variations of temperatures. Once exhausted, you cannot think straight and that's when you start doing mistakes. I've experienced it on Rovaniemi 300 when I lost my GPS...
- Never postpone adding on or taking off layers - it is never, NEVER EVER, a waste of time. It can only serves you and saves you from unpleasant experiences.
- Avoid huge temperature variations, as much as possible. Think of it when you enter a room or hut at +15c when the outside temperature is -20c... It's a 35c difference for your body to take in! During an event, if you're feeling poor and need a rest to recover, fine, spend some time inside. But if there is no specific reason, try and spend the shortest time inside before heading back on the trail. Or rest outside. Leave room inside for those who might really need it.

Since I've decided to make friend with the cold, I find it easier not too get tensed or even panic when the insidious freezing cold feeling starts creeping in, reaching for my bones and numbing my fingers...  I take it as information: am I dressed properly? do I need to eat? am I tired and need a rest? has the temperatures dropped and I need extra protection? Then I take the required action(s).

Don't over think and act. Put on your jacket. Stop and eat. Open your bag and get your bivy ready for a nap. Don't over think. About how cold it is. About all your gear being frozen. About your fingers getting cold. Take action. Be smart. Focus on the solution. No over thinking. And breathe. Breathe.

*a special nod to Rebecca Campbell's book, Light is the new Black


Monitoring your thoughts

Did you ever notice how your thoughts and mood impact on your health and performances? I always stress this importance of mind preparation ahead of extreme events. To be ready to face any situations. And mainly to be ready to monitor YOURSELF. You can be your best friend, your best support. Or your worst enemy.

What are your current thoughts about yourself? your performances? the other participants? the organisation? your gear? the track conditions?

Any negative or judging thoughts will negatively impact on YOU. And believe it or not, they impact on your body and therefore on your thermoregulation. You can get more easily upset or lack focus. It is a matter of balance. Balanced and positive thoughts. Balanced and healthy body.


Using a mantra


I've found it very useful to have my own "tough time" mantra that I repeat on and on as soon as I catch myself doing my Mrs Grumpy. It's my "anti-Grinch" magic wand. I actually have a few: one when I feel tired or discouraged; one when I need to feel supported and guided, one when I feel cold.

Be playful. Create your own "cold shield" mantra(s). And practice ahead of the race, so it'll become natural and part of your training. It can be an inspirational quote, a song, a positive and powerful sentence.


Visualising yourself warm


I often use some breathing techniques that help warming up. I also regularly use what I've called "an active meditation" to activate the feeling of warmth inside my body. I've been introduced to the Red colour Meditation by Dougall Fraser and adapted it so I can use it and activate it whenever I need it. The idea is to use the colour red that represents warmth, physical energy and blood circulation to emphasize and spread warmth in all area of your body - especially the extremities, at each breath you take. (I might record it for you sometimes soon!).

Now you can use any visualisation or breathing techniques that suit you. The key is to visualise yourself nice and comfy, nice and warm, in any circumstances.



My contract with Nature


When I'm out there, I am part of Nature. And Nature is part of me and yet much bigger than me. I am fully present and fully aware of what's going on inside and outside me. Nature is like a very old friend that deserves love and respect. I try and always remember to stay humble and never to pretend that I know it all. I am ready to listen to my own limits or the limits the elements might set for me. Cold conditions can be one and we, as crazy as Arctic races participants can be (in a nice way!), should always remember it. Don't fight nature. Do, talk, accept, deal with it. But don't fight it. It's a lost battle.
This is my contract with Nature. And so far it has served me well. 😊


Love the cold.
____________________________________________________________

Apprivoiser le froid




La question qui revient encore et toujours quand je parle de ma passion pour les courses polaires est "mais comment supportes-tu le froid ? " généralement suivie d’un "oh je en pourrais jamais", "bien trop froid pour moi! "
Eh bien, pour tout vous dire, je ne suis pas une experte et pas plus superwoman que vous ! Et en fait, je suis plutôt du genre frileuse…

Ayant grandi dans une ancienne maison rénovée en Suisse, je me souviens de matins en hiver où le feu n’avit pas encore été allumé et ou il faisait un froid de canard dans la cuisine. Je ne saurais vous dire si c’était vraiment aussi terrible, en tous cas, c’est le souvenir que j’en ai! (Mum, Dad, n’hésitez pas me corriger si jamais!) J’avais l’habitude d’être bien habillée dans la maison et cela me semblait normal…tant que nous n’avions pas d’invités qui trouvaient la temperature un peu basse…ou que j’allais chez des copains et qu’il y faisait bien assez chaud.

Et pourtant, j’ai toujours été sensible au froid, en étant à l’extérieur, en montant à cheval, à ski, etc. Mes mains et mes pieds se transformaient toujours en glaçons et vive la débattue ! Et quand quelque chose est désagréable, cela ne fait en général qu’empirer.
Mais moi, l’hiver, j’aime. J’adore. La neige. L’atmosphère paisible et magique. Les lumières illuminant la nuit. Alors imaginez le jour où l’on m’a offert mon premier séjour en Laponie, j’étais aux anges !! Cela a été un des plus beaux voyages de toute ma vie. Je suis tombée totalement amoureuse de cette région, de ce pays. Et c’est durant ce premier voyage là-bas que ma relation avec M. Froid a changé.
Un des guides musher nous a dit de nous détendre. Plus la température était basse, plus il fallait se détendre. Et respirer. Ce jour-là, il faisait un joli – 30. Nous allions passer toute la journée dehors. Et je me gelais déjà! Quand il nous a dit cela, j’ai tout d’un coup réalisé comme j’étais tendue, comme je respirais mal. Tout mon corps était tendu et en état de survie « apnéique ». Comment l’énergie, le sang pouvaient-ils circuler librement dans mon corps et me réchauffer ? Je me suis détendue. J'ai relâché mes épaules, mon buste, mon dos, mes bras et mes jambes. Et j’ai respiré plus lentement et profondément. Et me sentis très rapidement mieux. Mes pieds et mains étaient toujours bien froids mais c’était devenu supportable. Pendant la pause de midi, l’intérieur de la cabane me sembla chaude et agréable. Il faisait à peine zéro…

Le déclic. Ne pas lutter contre le froid. L’accepter.


Un état d'esprit


Notre relation au froid est étroitement liée à notre perception de celui-ci et à notre état d’esprit. 

En 2012, nous avons déménagé dans une très belle et vieille maison, datant de 1789, partiellement rénovée. Un grand espace ouvert, assez “loft”. Un vrai cauchemard en matière de chauffage classique. Cela ne nous a jamais inquiété. Au fil des années, nous avons fait les ameliorations nécessaires pour limiter les courants d’air et les pertes d’énergie. Et notamment construit une superbe cheminée qui nous sert de chauffage en 2016, le luxe ! En hiver, à présent nous tenons un bon 16-17 degrés la semaine, qui grimpe à 18 le week-end ou quand on a de la visite. Reste la salle de bain.. et franchement parfois il en faut du courage pour se ruer sous la douche !

Si je vous raconte tout ça, ce n’est pas pour me vanter. Simplement pour démontrer que c’est vraiment une question de perception, d’habitude et d’état d’esprit. Je ne l’aurais pas cru il y a encore quelques années. Moi ? Habiter une maison à 16 degrés ???? Mais dans cette maison, nous nous sentons vraiment bien. C’est notre chez nous. On l’aime. On aime cette grosse cheminée en hiver. Sa fraicheur en été. Le froid ? Nous ne le sentons plus du tout. On ne la considère plus comme froide. Au contraire. Alors oui, on est bien habillé. Alors oui, nous sommes plutôt actifs. Mais je suis moins habillée qu’avant… et parfois je ne porte même pas de chaussettes. J’ai remarqué que ma sensibilité au froid est davantage lié à la fatigue, à mon humeur ou si je n’ai pas bougé depuis un moment.
Oh je ne dis pas que de temps en temps une salle de bain chauffée et se promener en simple t-shirt n’est pas agréable ! Mais, Marc et moi avons réalisé que c’est ailleurs qu’il fait trop chaud! Au restaurant. Chez nos amis et parents. On a vite besoin d’air frais! Il nous semble aussi que cela contribue à notre super forme et excellente immunité.

Honnêtement, je n’ai rien inventé. Des personnes comme Wim Hof ou Lewis Pugh ont poussé la théorie bien plus loin et en ont fait une philosophie de vie. Ils accomplissent d’ailleurs de trucs de fou! La capacité d’adaptation de notre corps est incroyable. Je l’ai testé, appliqué eet continue d’en apprendre toujours plus sur notre capacité mentale à gérer nos perceptions et sensations, à bon escient. Si je n’ai pas l’intention de devenir aussi pointue que ces experts du froid, je l’utilise dans une mesure qui me convient et me sers. Cette nouvelle manière d’appréhender le froid m’aide énormément dans les courses arctiques. 

Le froid, c'est tendance! *



Quand il est question de courses arctiques ou de tout autre événement ayant lieu à des températures extrêmes, la thérmorégulation du corps est vitale. C'est un peu le Graal. L'Arme Secrète. Et pour cause. Cela permet de:
- Prévenir de l'hypothermie
- Eviter les engelures, aux doigts, pieds, oreilles et nez
- Maintenir le corps en parfait état de fonctionner
- Profiter de sa course/son son expédition de manière agréable
- De mettre toutes les chances de son côté pou aller au bout et dans de bonnes conditions

Cela demande une surveillance constante:
- S'assurer que l'on boit et mange régulièrment et en quantité suffisant pour apporter à notre corps ce dont il a besoin pour fonctionner et nous protéger du froid
- Gérer les couches de vêtements pour réguler la température corporelle. S'assurer de ne jamais transpirer (ou au minimum possible) ni d'avoir froid. Une fois refroidi, le corps a besoin de davantage d'énergie pour récupérer une température optimale. C'est un gaspillage d'énergie qui peut - devrait- être éviter. En cas de transpiration, il y a un risque accru d'hypothérmie en raison de l'humidité proche de la peau. Une sous-couche mouillée est une vraie bombe à retardement. A désamorcer au plus vite! Changez-vous!
- Être sufffisament conscient et malin pour s'arrêter et faire une pause avant d'être trop épuisé. L'effort et la fatigue augmentent la sensibilité au froid. Et fatigué, on fait davantage d'erreurs bêtes qui peuvent faire plus de tort. J'en ai fait l'expérience lors de la Rovaniemi 300, alors que je voulais à tout prix finir et que j'ai réussi à perdre mon GPS...
- Ne jamais repousser le moment d'enlever ou de rajouter des couches. Ce n'est jamais, JAMAIS une perte de temps. Cela ne peut que vous rendre service et vous évitera surtout de bien mauvaises expériences.
- Eviter dans la mesure du possible les grands écarts de température. Lors que vous passez de l'extérieur à -20c pour entrer dans une cabane chauffée à 15c, votre corps se prend 35c d'un coup qu'il doit gérer au mieux. Si vous êtes peu en forme et avez besoin d'une pause au chaud pour pouvoir repartir, bien entendu, faites-le. Mais si vous n'avez aucune raison absolue, alors ne vous attardez pas avant de ressortir, pour poursuivre votre route ou faire une pause à l'extérieur. Le redémarrage n'en sera que plus aisé et vous aurez laisser la place à ceux qui en auront eu vraiment besoin.

Depuis que j'ai choisi de aire du froid un ami, je trouve plus aisé de gérer les moments où je sens le froid s'introduire lentement sous les couches, refroidissant et raidissant mes doigts... Je ne panique plus ni ne me stresse. Je prends note de l'information. Est-ce que j'ai suffisamment mangé, bu? Est-ce que je suis fatiguée? pas suffisamment habillée? La température a-t-elle chuté drastiquement? Et je fais ce qu'il faut.

Ne pas trop réfléchir. Agir. Enfiler les moufles. Mettre la grosse doudoune. Un autre bonnet. Manger. Installer le bivouac et dormir. Ne pas trop penser. Au froid. Au matériel gelé. A la température galciale. Être rapide, précis. Agir. Quelle solution? Et respirer. Se calmer. Respirer.

*un petit clin d'oeil au livre de Rebecca Campbell que j'adore, Light is the new Black
 

Contrôler ses pensées


N'avez-vous jamais remarqué l'impact de vos pensées et de votre humeur si vos performances et votre santé? J'insiste toujours sur l'importance de la préparation mentale dans ce type d'événements extrêmes. Pour être prêt à faire face à toute situation. Et surtout pour être prêt à devoir se gérer soi-même. Vous pouvez être votre meilleur ami, votre meilleur soutien. Or juste votre pire ennemi.

Quelles sont vos pensées là tout de suite? A votre sujet? sur vos performances? les autres participants? l'organisation? Le matériel embarqué? les conditions du parcours?

Toute pensée négative, jugeante ou dépréciative aura un impact sur VOUS. Croyez-le ou non, cela se ressentira sur votre corps et aura des incidences sur votre thermorégulation. Quand on perd la concentration, quand on s'agace, se perturbe, il y a fuite d'énergie, inutilement...l'équilibre se perd. Des pensées harmonieuses et positives pour un corps équilibré, où l'énergie circule fluidement.


Les phrases choc


Un petit truc que je trouve très utile durant les passages et moments difficiles est l'usage de phrases motivantes ou mantras. Dès que je réalise que je suis en train de râler intérieurement et que mes pensées tournent négativnement en rond, je me répète en boucle mes phrases magiques. Des talismans anti-bougonnerie, anti-fatigue, anti-froid. Un condensé de Redbull verbal.

Amusez-vous à vous créer vos propres phrases boucliers anti-froid. Et pratiquez-les lors de vos entraînements, partout quand vous y pensez, pour que cela devienne une seconde nature et les ancrer pour le jour J. Cela peut être une phrase qui vous inspire, un compliment, une chanson, etc. Inspirant et puissant.


Les visualisations


J'utilise passablement des techniques de respiration qui me permettent d'activer le "radiateur intérieur". Je pratique aussi une méditation ue j'ai appelée "active" pour réveiller la sensation de chaleur et la diffuser à chaque expiration dans tout mon corps, et surtout les extrémités. Je me suis inspirée de la Méditation sur la Couleur Rouge d'un certain Dougall Fraser et l'ai adaptée pour pouvoir la pratiquer en mouvement, partout.(Peut-être que je pourrais l'enregistrer à l'occasion..)

Vous pouvez utiliser toute technique qui vous parle et vous convient. Le but étant de vous visualiser bien au chaud, agréablement bien, en toutes circomstances.



Mon contrat Nature


Quand je suis perdue au mileu de ces forêts et grands espaces blancs, je fais partie du décor. Je suis la Nature et la Nature est en moi. Et bien au-delà. Je suis très consciente de ce qui se passe en moi et à l'extérieur. Tout se qui m'entoure est comme un très vieil ami, que j'aime et respecte énormément. J'esaie de toujours me rappeler de rester humble face à lui, ne jamais tomber dans le piège de croire que j'en sais suffisamment. J'essaie de rester à l'écoute de mes limites et de celles que m'imposent les éléments. Le froid peut être une de ces limites, et nous, les participants aux expéditions et courses polaires devrions toujours s'en souvenir. On ne se bat pas contre la Nature. On l'écoute, on discute, on fait avec, on accepte, mais se battre est vain et perdu d'avance.
C'est le contrat que j'ai passé avec mon amie la Nature. Et jusqu'à présent, cela m'a réussit. 😊


Savoir aimer le froid.

No comments:

Post a Comment